Chronique

KAMELOT - I AM THE EMPIRE / Live From The 013 / Napalm Records 2020

Il y a des groupes comme Kamelot, qui même si ils sortent des albums studios régulièrement, sont très pointilleux à ce qu’ils produisent niveau live. Au cours des années, l’évolution scénique du groupe s’est vue être décuplée, que ce soit par les décors ou la production elle même.
Depuis leur monstrueux « One Cold Winters Night » qui était comme la consécration du groupe mené de front par (le très bon) Roy Khan, le combo n’avait pas sortit de nouveau support CD / DVD live, ce malgré l’arrivée de Tommy Karevik et ses nombreux albums studios au sein du groupe.
Entre temps, on notera aussi l’arrivée du talentueux Alex Landenburg à la batterie, juste après la sortie du dernier album en date « The Shadow Theory ». Une tournée conséquente, une demande importante de la fanbase et le groupe décide d’enregistrer un concert, douze ans après la fameuse nuit d’hiver.

Aussi le groupe fait les choses en grand niveau invités: Elise Ryd (Amaranthe), Alissa White-Gluz (Arch Enemy), Charlotte Wessels (Delain), Lauren Hart (Once Human), Sascha Paeth, et aussi le fils de Thomas Youngblood dans une chorale d’enfants apparaissant avec brio (sans parler des frissons que ça procure) sur le titre « Burns To Embrace ». Ou encore le groupe Eklipse qui se rajoute sur le titre « My Confessions » comme fait sur le clip vidéo officiel.
Pour ce qui est du concert, que dire si ce n’est que la set-list est un vrai bulldozer. Du début à la fin, il n’y a pas de temps mort, si ce n’est sur le traditionnel moment d’introduction / présentation des musiciens sur le titre « Forever ». Morceau qui se voit d’ailleurs avoir un ‘défaut lyrique’ de la part de Tommy avec une répétition de « You belong to me » deux fois au lieu de « I Belong To You, You Belong To Me ». Oui ça interpelle pour les puristes mais il faut vraiment y prêter attention pour s’en rendre compte.
Tout au long du concert on peut ressentir cette osmose entre les musiciens et les différents intervenants. C’est fluide, efficace, propre et direct. Le duo des deux belles Alissa / Elise sur Sacrimony (Angel Of Afterlife) est aussi saisissant, sans remettre en question la prestation de Charlotte Wessels sur Under Grey Skies, titre joué pour la première fois en live soit-il dit en passant.
Niveau production, là encore Sascha Paeth a fait du très bon travail en nous permettant d’avoir cette ambiance live rendue à sa juste valeur.

En soit, on se doit de profiter grandement de ce spectacle que ce soit pour la musique, l’ambiance, le feeling, le travail de préparation fournit par le groupe pour tout caler avec les invités etc, mais aussi parce que dans le contexte actuel nous ne savons pas si des concerts de cet acabit (ou des concerts en soit) reverront le jour prochainement aux vues des conditions sanitaires exceptionnelles actuelles.
Alors oui, tout fan du groupe se doit de se procurer cette nouvelle pépite de la discographie du groupe, et soutenons au passage les artistes (intermittents etc) durement touché par le manque total d’activité en achetant physiquement / digitalement ce « I Am The Empire - Live From The 013 »
 
Critique : Lionel
Note : 8.5/10
Site du groupe : Site du groupe
Vues : 147 fois