Chronique

QUEENSRYCHE – OPERATION MINDCRIME II / RHINO ENTERTAIMENT 2006

Cela faisait 18 ans que les fans l’attendait et il est la dans mes mains ce ‘Operation : Mindcrime II’, oui la suite de l’album de métal culte, le concept album de tous les temps celui qui est comparé et à juste titre au ‘The Wall’ de Pink Floyd trouve aujourd’hui sa suite, sa fin ; son apothéose ? Oh la rien est moins sur. Car il y a une chose de sur c’est que le quintette de Seattle à bien évolué depuis tout ce temps, donc qu’en est il de ce second volume ??
 
L’intro « Freiheit ouverture » est bien sympa, avec quelques touches symphoniques, puis « Convict » narrée nous envoie sur le single « I’m American » un titre qui rentre bien dedans. Geoff Tate nous sort une voix rappée un peu à la Red Hot Chilli Peppers. En tout cas voici un titre qui arrache grave, cela faisait quelque temps que le combos nous en avait pas fait de tels. Le refrain très accessible est un régal. Voici un départ en trombe. « One foot in hell » poursuit sur un bon mid tempo avec un groove certain. La voix mythique de Geof Tate est presque méconnaissable tant il chante de manière différente. Encore un bon titre, par contre je vous avertie de suite, ne cherchez aucun point commun musical avec la première partie, ici on a droit à un métal moderne de très grande classe.
« Hostage » d’ailleurs confirme cela avec une bonne entrée, pour un titre calme au refrain bien électrique. Hyper mélodique cette chanson se laisse agréablement  apprécier.
« The hands » se fait plus rythmée avec quelques touches symphoniques discrètes. Certes on pourra pas dire que cet album est très envolé mais les compositions sont pleines de feeling chères au groupe depuis ‘Empire’ et « Speed of light » poursuit dans la même veine, avec un titre extrêmement mélodique dans lequel on trouve Pamela Moore. Puis on s’envoie l’énergique « Signs say no » un titre qui tombe à pic et donne le ton à cette suite. Geoff se lâche dans ce titre bien rock, qui envoie des pieds.
Intro symphonique du style film de suspense, pour « Re-arrange you » une entrée calme et un refrain électrique qui nous donne droit à un titre bien sympa qui collerait bien au cinéma.
« The chase » déboule avec un Ronnie James Dio sublime dans le rôle du docteur X. Le duo entre ces deux très belle voix du métal est succulent. La chanson en elle même est bien sympa et est totalement transcendée par un Dio Impérial. Court mais intense !
« Murderer ? » commence sur une petite montée en puissance, avant de prendre le pas sur un titre très heavy et théâtral, sur lequel Geoff Tate exulte. Quelques passages plus mélodiques permettent à l’auditeur de respirer de ce titre très schizophrénique. « Circles » est un jolie interlude sur laquelle on retrouve Geoff seul avec une guitare en fond, dans un moment plutôt triste, qui déboule sur « If i could change it all » la ballade de l’album qui commence avec juste une voix sublime d’émotion et deux guitares en fond assez mélancoliques. Le rythme s’accélère mais l’ambiance reste au sombre. Une jolie voix féminine vient se rajouter pour donner encore plus de tristesse et d’émotion à ce somptueux moment. Quelque chœurs viennent ce rajouter donnant encore plus de sensation : un très très grand moment de l’album. Sans temps mort « An international confrontation » prend le pas avec Pamela Moore pour un titre plutôt sombre la suite parfaite au grand moment de tout à l’heure avec un solo est bien profond aussi. « A junkie’s blues » reprend le coter rythmé de l’album avant que tout se calme pour laisser place à la voix, narrée dans un premier temps puis chanté avec émotion dans un deuxième temps et finit en musique . Et oui finalement ce qui prédomine dans cet album c’est l’ambiance l’émotion et la mélodie (mais ne c’est pas ça Queensryche justement).
« Fear city slide » laisse un peu les passages sombre pour nous donner une bonne chanson de hard mélodique limite FM qui passe bien. Le refrain très plaisant devrait faire effet sur scène.
Pour terminer ce concept « All the promises » débute sur des parties ambiantes, puis sur de jolies arpèges de guitares sèche la voix de Geoff ce pose avec celle de Pamela Moore venue rendre le duo que plus émouvant. Une ballade certes simple et peu développée mais terriblement prenante, et que dire du solo tout en feeling. Une bien jolie chanson pour clôturer cette œuvre d’art qu’est ce Operation : Mindcrime 
A noter que je n’ai pas parlé de l’histoire c’est simplement pour vous laissez le plaisir de la découvrir par vous même.
 
Conclusion : ce deuxième volume est une belle réussite qui malgré tout va décevoir tous les fans qui s’attendaient à une version plus proche du premier volume. Non là c’est un métal moderne terriblement bien réalisé et de très haute volée qui est présenté. Sûrement le meilleur Queensryche depuis Empire. A ne pas zapper.
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe : site officiel de Queensryche
Vues : 1578 fois