Chronique

OUTWORLD - OUTWORLD / REPLICA RECORDS 2006

Ah !!! Enfin le voilà !!! Cela faisait un bon bout de temps que je l’attendais ce premier album des Texans de Outworld ! Depuis les premières lignes lues, jusqu'à l’écoute du Section X de Beyond Twilight dans lequel Kelly ‘Sundown’ Carpenter officiait, je n’en pouvais plus de saliver à l’idée de cet album. Donc, maintenant en ma possession jugeons si l’attente est récompensée.
 
On entre dans le vif du sujet avec « Raise hell » et son riff apocalyptique, heureusement que le groupe nous essaimes de jolis arrangements pour étayer le tout car niveau guitare on est pas loin du gros power bien lourd. La voix de Kelly est excellente et très mise en évidence surtout en performance : quel coffre !  Pour le reste on est dans du gros prog métal sauvage et technique qui n’est pas si accessible que ça. La qualité technique des musiciens et bien mise en évidence, ils savent bien de quoi ils parlent !! Un début bien prometteur !
« Riders » continu dans la même lignée avec une partie lead guitare en swipping monstrueuse !! Pour la suite on est dans un métal moins bourrin et Kelly expose encore un sacré travail vocal. Niveau clavier là aussi c’est du bon avec des faux airs de Kevin Moore.
Quelques changements de rythme histoire de bien faire groupe de prog, et même un passage à inspiration néoclassique pour enjoliver le tout.   
« War cry » ne rigole pas avec son riff dévastateur, cette fois-ci Kelly nous sort une voix hurlée digne d’un Tim Owens qui vous prend aux tripes, les sonorités synthé ne donnent pas dans le joyeux et délivre un côté futuriste mélancolique, un très bon morceau de métal progressif.
On calme le jeu avec un chant plus atténué et on re-balance la sauce avec tout autant de talent. Niveau solo de guitare on est pris entre deux grands : Yngwie J Malmsteen et John Petrucci (Dream Theater). Place à la title track, un début calme qui monte en intensité jusqu'à un moment qui fait très Dream Theater. « Outworld » est très inspiré par la musique du Théâtre des rêves (période Image & word / Awake) un peu étonnant mais la conviction du groupe fait passer ce détail (écoutez un peu le solo de basse).  Le titre le plus progressif de l’album (quel solo de guitare encore !).
Gros début pour « City of the dead », et comme son titre l’indique, évolue dans une atmosphère pesante et sombre. La voix de Kelly chargée de puissance accentue cette impression.  Le groupe ne rigole pas quand il s’agit de titres puissants et sombres. L’esprit de Nevermore n’est vraiment pas loin ! Niveau solo, l’ombre d’un certain Uli Jon Roth rode de-ci de-là, étonnant et contrastant. Début ambiant pour « The never » puis dans un esprit à la Beyond Twilight poursuit ce titre mélodique mais habité. Le refrain tout en montée est exquis et donne droit à encore plus de preuves de l’immense talent de ce chanteur impressionnant.
Petite interlude à la guitare pour « Prelude to madness » avec encore cette inspiration Uli Jon Roth intéressante, un moment pris dans le néoclassique avec son côté dramatique qui nous envoie sur « Grey tide » qui balance la sauce. Encore une fois le groupe nous propose de la haute volée avec un brio hors du commun. La partie instrumentale est encore assez monstrueuse montrant, si vous n’avez pas encore compris, que ces musicos là savent vraiment manier leurs instruments.
Pour terminer « I Thanatos »  rappelle le ‘Caght in the web’ de Dream Theater en moins rapide. Une dernière perle de power métal progressif qui envoie des pieds. Une fois de plus le groupe lorgne dans des sphères sombres et malsaines, mais grandement bonnard !!
 
Conclusion : l’attente en valait le résultat, Outworld vient de poser un très bon premier album qui ne fait pas dans la dentelle mais expose de très grandes qualités. Malheureusement depuis Kelly Sundown Carpenter a quitté le groupe et l’avenir d’Outworld en est directement atteint. Malgré tout, découvrez ce groupe si vous aimez la technique et l’art sombre.
 
Critique : Guillaume
Note : 8.5/10
Site du groupe :
Vues : 1175 fois