Chronique

POWERWORLD - POWERWORLD / Metal heaven 2008

Ce nouveau groupe Allemand arrive avec son premier album mais pas qu’avec des inconnus puisque Ilker Ersin (basse) et Nils Neumann (claviers), viennent de Freedom Call, Barish Kepic (guitare), de Jaded Heart et Jurgen Lucas (batterie) d’ At Vance. Seul Steffen Brunner au chant, est un petit nouveau. Allons découvrir cette galette.

Une chose de sûre avec un tel line up on aura affaire à du métal mélodique et « The dark » l’intro symphonique nous laisse présager la même chose (on pense à Freedom call) jusqu'à « Creatures » qui confirme les dires. Plus heavy que mélodique PowerWorld nous sert un métal teuton basique qui se laisse écouter mais sans forcément surprendre plus que ça. La voix de Steffen est très haut perchée, ce qui dérange un peu, le temps de s’y habituer. Le refrain est un exemple de l’appartenance très proche à ce style tant il semble être sorti d’un bon paquet d’autres groupes.
« Lakes of eternity » débute sur des faux airs d’orient pour s’en suivre un mid tempo puissant mais bon l’intérêt ne s’étend pas longtemps tant le maque d’originalité est plus que flagrant. Le refrain bien mélodique est sympa et accrocheur c’est déjà ça. Un petit « Fight fire with fire » (non pas celui de Metallica) arrive. Même une fois habitué au chant très aiguë de Steffen il peut rester un peu barbant par moment, tout semble si cliché que ça en devient gênant.
« Signs in the sand » rappelle Heavenly même la voix qui est proche de celle de Ben Sotto. Malheureusement là où les Français arrivent avec un style prescrit à donner des envies, là c’est du mou du très mou, pas une once de sensation. Avec « I reach the light » on accélère le rythme mais la mayonnaise ne prend pas encore. Dommage c’est pas mauvais mais rien ne sort de ces compositions : c’est fou on s’emmerderait presque à l ‘écoute de l’album.
« Dancing with angel » commence doucement avant une petite montée en puissance et encore une fois l’apparenté à Heavenly est flagrante !! (Aller Ben dit que c’est toi). Les chœurs en plus, lorgne vers Freedom Call, bref l’originalité oubliée mais j’avoue qu’on se laisse prendre au jeu de ce titre plus happy. Avec « The world is not mine » on devrait changer d’atmosphère. Et bien… presque. Encore une fois les mêmes influences reviennent et j’avoue me donnent une seule envie, me réécouter un bon album d’Heavenly !
« I died in your amrs » débarque avec un peu plus de couilles, et puis on découvre qu’en fait c’est la reprise de Cutting crew, et là on tombe de haut. Je vais refaire ma parenthèse sur nos Frenchies ( Ben je t’enverrais la note pour toutes les bonnes choses que je dis sur ton groupe) mais après un ‘When the rains beging to fall' voici un autre tube pop repris version métal. Effet garanti. « Breaking the silence » n’apporte rien on décroche en fait et on attend la fin patiemment.
« Don’t walk on broken glass » sympa avec un très bon refrain rythmé ne sauve pas forcément l’album mais passe bien. Pour finir « Our melody » est un énième titre heavy qui me fait dire qu’une ballade aurait été mieux. Pas que le titre soit mauvais mais il n’apporte vraiment rien !! Dommage.

Conclusion : un album et un groupe dans la moyenne sans plus. Des compositions qui ne sentent pas l’émoi mais qui s’écoutent sans non plus donner envie de se pendre. Des ressemblances trop flagrantes mais parfois réussies. Bref je vous laisse vous faire votre avis, moi perso j’oublie.
 
Critique : Guillaume
Note : 6/10
Site du groupe :
Vues : 1274 fois