Chronique

DYSLESIA - IN VEINS, HEART, AND MINDS... / Rapture music 2008

Et voici le retour (gagnant?) d’un très gros espoir français : Dyslesia. Après un très bon ‘Who dares wins’ (2001) qui avait mit les Lyonnais sur la pente ascendante, voilà que malheureusement après c’est la quata ! Un album qui est passé plutôt inaperçu et une trop longue attente qui a fait malheureusement oublier leur nom dans ce monde sans pitié.
Mais voilà les valeureux Français sont de retour avec un nouvel album (et nouveau label) prêts à remettre des pendules à l’heure.

Bien bonne entrée en matière pour la tonitruante « All that will be ». Un très bon heavy métal à la sauce power assez moderne qui envoie des pieds sévère. Malheureusement problème des groupes de chez nous le son n’est pas terrible. Les guitares sont puissantes et saillantes, la voix sans tire bien mais la batterie c’est pas ça du tout gros dommage ! Malgré tout un très bon titre qui prouve que le groupe a encore de bonnes choses à monter. « Dependance » prouve bien mes dires avec encore un bon heavy rythmé qui fait plaisir. Il est vraiment dommage que le son soit si passable (quand est-ce que les groupes français auront les moyens de faire des albums dignes !), car pour le reste ça envoie bien. Le refrain avec ses chœurs féminins est bien trouvé. Thierry Lebourg démontre toujours une bien bonne voix et capacité.
Sans changer de style « Earthquakes » continue dans un mid tempo rythmé au bon groove. Thierry nous régale de son chant varié et clair (une vraie bonne voix). Au niveau solos là aussi la paire Fabrice Dutour/François Loprete nous éblouie par des solos bien trouvés et fort bien réalisés. Gros mid tempo un poil arabisant pour « Golden path » qui donne de la chaleur à l’album. Un bien bon morceau plus mélodique qui passe plus que bien.
« Face » reprend le métal dans ta gueule. Autre point positif la modernisation de la musique de Dyslesia qui ne se contente pas de reproduire un pur heavy estampé 80’s qu’on entend partout. Non ici c’est un métal plus actuel que le groupe propose avec beaucoup de brio et « Come to me » le prouve encore. Bon tout ceci n’est pas très nouveau mais Dyslesia a sa propre personnalité qui se dégage de chaque compo.
« Illussion » c’est du lourd qui t’arrache la gueule !! Gros riff, batterie lourde, passage calme et refrain qui te met une gifle, car même si celui ci est très accrocheur et presque FM qui te hante terriblement. Ouff du lourd quoi !! « A tale is done » est un peu moins bien, trop convenu et pas assez accrocheuse elle déçoit un peu. Même si certains passages sont bien trouvés, l’ensemble reste en dessous.
« Time of tension » même si elle débute dans un esprit très Maiden, s’arrange après. Sans être exceptionnel elle passe bien mais sans plus. Est ce que la fin se ramollirait?? Voyons voir avec la dernière pièce « Where i learn to forget you ». Une fin en forme de ballade, plaisante et paisible qui se laisse écouter avec beaucoup d’attention. La fin plus power ballade est pas mal, et surtout ne gâche pas trop le début acoustique. Une bien bonne fin pour un bien bon album.

Conclusion : je savais que Dyslesia avait le potentiel de faire un très bon album, et en voilà la preuve. Dommage, bien trop dommage que le son soit si en dessous de ce que le groupe aurait mériter, il gâche un peu trop la fête. Pour le reste un super bon heavy bien composé et bien joué qui devrait plaire aux fans du style.
 
Critique : Guillaume
Note : 7.5/10
Site du groupe : site officiel de Dyslesia
Vues : 1369 fois