Chronique

TRIVIUM - SHOGUN / Roadrunner 2008

Le nouveau phénomène du Trash Us est de retour pour son quatrième album. Cela fait deux ans qu’est sortie ‘The Crusade’ qui a fait grand bruit (en bien comme en mal). Un album presque charnière tant les Floridiens sont attendus au tournant, donc pourquoi attendre plus ?

On débute par un très gros morceau de plus de 7 minutes avec « Kirisute gomen ». Malgré un début acoustique tout doux, la suite est bien dans ce qu’on attend, un bon gros Trash prenant. On notera d’emblée le son énorme du groupe, qui une nouvelle fois n’a pas lésiné sur les moyens pour avoir un son de tueur. Autre chose, le groupe propose un Trash plus moderne et moins emprunt au répertoire du vieux Metallica. Quelques voix hardcore refont leur apparition, ce qui au début choque, mais au final rend bien. Un passage très mélodique et étonnant mais finalement lui aussi bien vu. Niveau solo, la paire Matthew Kiichi Haefy/ Corey Beaulieu nous propose toujours de bonnes idées livrées avec maestria.
Après une telle tornade, « Torn between scylla and charybdis » poursuit de manière plus homogène. Un bon titre à l’aspect plus simple dans un heavy Trash mélodique efficace. Le groupe montre un réel talent pour mélanger old scholl et moderne ainsi que leurs différentes influences (ici très empruntées à Annihilator).
Décidément le groupe aime frapper fort et « Down from the sky » confirme. Encore une fois un début posé avant que l’armada ne refasse surface. Cette fois cis aussi on lorgne vers le heavy Trash mélodiques ce qui perso ne me dérange pass mais risque de faire grincer des dents les fans de gros bourrin. Finalement le groupe se fait petit à petit sa personnalité, certes éloignée des sphères Trash Hardcore des deux premiers albums. Quelques passages plus lourds à la Chimera font leur apparition sans trop détonner. « Into the mouth of hell we march » ne change pas d’univers. Je vois déjà des mines se décomposer et oui Trivium est passé à autre chose et oui peut être plus grand public, mais bon… il en faut pour tous les goûts. Alors certes on s’approche de plus en plus de la mélodie, même si la partie solo fait bien Trash.
Est ce que « Throes of perdition » va reprendre du bon gros Trash comme on aime ? A première vue oui, on semble retrouver un esprit similaire mais pas encore trop sauvage. Perso je trouve que même si la qualification Trash en elle même n’a plus lieu, le groupe nous propose un très bon heavy Trash mélodique, qui fait de l’effet.
« Insurrection » arrive quand on ne l’attend plus. Un titre dévastateur qui devrait défouler les foules lors des futures tournées. Enfin un bon gros titre à se mettre dans les oreilles avec un Travis Smith qui se déchaîne comme un damné à la batterie. Que ça fait du bien. Avec « The calamity » on se retrouve dans un univers différent rythmé. Un single en force tant tout y est réunit. Le refrain te rentre dans la tête en une seul fois.
Après deux tels titres « He who spawned the furies » devrait perdre en intérêt ? Et bien pas tant que ça, car ce lourd mid tempo a du charme. Un esprit presque mystique est présent et rend plus qu’intéressant celui-ci. On accélère pour un « Of prometheus and the crucifix », qui poursuit toujours dans un contexte bien plus mélodique que jamais et avec à chaque fois un côté entêtant qui donne envie de chantonner chaque titre.
« Like callisto to a star in heaven » reprend le bon Trash à la manière d’un Testament. Un titre au refrain hyper mélodique qui devrait faire un effet bœuf. On termine par notre title track : « Shogun » qui comme le reste distille brillamment Heavy, Trash, Hardcore et mélodie. Composé en plusieurs parties, dont une ballade fort jolie, ce titre fleuve est un exemple de réussite, où une fois de plus l’ombre d’un Annihilator est plus que présente. Au final un album qui va faire encore plus grand bruit (pour rien encore une fois) que son prédécesseur mais qui ne manque pas de charme loin de là !! Au moins on parlera du groupe.

Conclusion : Trivium poursuit son chemin avec un grand talent. Certes le groupe lorgne vers une musique plus grand public, mais il le fait si bien. Encore un opus qui devrait diviser les gens. En tout cas pour moi voici un très bon album, d’un très bon groupe qui joue avec les étiquettes et qui en joue bien. Bref si vous n’êtes pas un réfractaire des genres et si un groupe qui évolue ne vous fait pas peur, cette galette est faite pour vous.
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe : Site officiel de Trivium
Vues : 943 fois