Interview

ACYL (2016) - Abder'Rahman (guitares, percussions, choeurs)

Acyl s'apprête à sortir le 17 juin l'album Aftermath. C'est dans le cadre de la promo de que je suis contacté par Abder'Rahman, un des deux guitaristes et multi-instrumentalistes du groupe. Avec mes mots, la musique de cette formation algérienne ressemble à ce qui se passerait si vous donniez des crins crins exotiques à Devin Townsend. Mais puisque je ne m'affranchirai pas du minimum de formalisme(et de respect!) mon interlocuteur me présente sa musique comme du metal ethnique expérimental.


Le concept Acyl
Ader'Rahman me dira plus exactement : Nous faisons de la musique qui correspond à la sphère dans laquelle nous évoluons. Nous mélangeons de la musique traditionnelle nord-africaine, et plus particulièrement algérienne, avec du métal.

Un mélange commun dans ce qu'on appelle aujourd'hui le folk metal mais dont il défend la richesse : Il faut savoir que l'Algérie est un pays multiethnique, chaque région a sa propre culture et ses propres instruments. On s'évertue à prendre les régions une par une et à broder des sonorités plus dure autour. Je sais que ça a l'air préparé comme ça, mais en fait ça sort spontanément quand nous composons.

Cette spontanéité, le groupe la doit peut-être à son histoire. Acyl se montre comme l'aboutissement de nombreuses années de travail de ses musiciens avant de poser en 2006 en région parisienne leurs premières fondation. Il compte aujourd'hui un EP, et un premier album Algebra que vous vous ferez une joie de découvrir sur deezer et spotify. Et pour la petite histoire : Acyl signifie Authentique.



L'Algérie ou Weska sur la place des clichés
Alors évidemment, j'ai voulu être taquin et demander comment le métal est arrivé à passer les mailles d'un pays et d'une culture qui paraît au français moyen comme absolument hermétique. C'est avec calme alors qu'il me raconte un peu l'histoire du pays.

Vous avez l'impression vu de la France que nous sommes un pays cloisonné, mais le pays a beaucoup évolué et nous avons désormais un accès à un média qui est libre. Faisons référence par exemple à l'accès à un très large panel de chaîne de télévision étrangère, et vous comprendrez donc une des origines de cette ouverture. Il poursuit : Il y a eu du changement à la fin de la décennie noire (guerre civile, ndr) et depuis nous avons un libre accès aux informations, notamment de l'étranger. Mais ce qui est paradoxal c'est que le métal était mieux vu pendant les années 90 que maintenant. Il y a eu une prolifération de groupe rock et métal pendant cette période noire. Cela ne dérangeais pas les gens ce que nous faisions.

Aujourd'hui, le climat a un peu changé pour les raisons qu'il n'est pas nécessaire d'évoquer, mais c'est avec surprise qu'Abder'Rahman assume les faiblesses de son pays, jusqu'à dire que les métalleux ont tendance à être taxé de sataniste. Sa conclusion est pourtant à la hauteur de l'esprit du groupe : Il faut être patient, travailler et véhiculer une image positive.



Au coeur d'Acyl
Je me rapproche de l'essence du groupe et échange avec Abder'Rahman sur les sujets abordés dans les textes...

Nous essayons de transmettre les aspects les plus positifs de notre culture et véhiculons des valeurs universalistes. Au début du groupe, on a écrit sur le changement de culture, l'arrivée en France, notre intégration, pour faire une sorte d'état des lieux. Avec Algebra, on a insisté sur les apports positifs de la civilisation arabo-musulmane en occident. On hésite pas à y parler de nos faiblesses aussi.

Quelle direction prend alors Aftermath ?
Le dernier album se concentre sur l'Algérie et presque chaque titre décrit un personnage historique. Ils s'agit de personnages qui ont forgé notre pays, de ceux qui ont fait preuve de détermination et d'ouverture d'esprit.

Si un teaser de l'album est disponible sur le page facebook, il n'est pour l'instant pas encore possible d'avoir un aperçu de donnera le nouvel opus. Il me confie alors que le titre Mercuria a été choisi comme première vidéo pour la promo de l'album.

Même s'il ne parle pas d'un personnage en particulier, Mercuria est assez représentatif de l'album et aborde la personnalité de l'algérien. Ce côté instable, enfin, d'un point de vue positif du terme. Il dit aussi que l'algérien est un passionné. Il est plein de gentillesse, accueillant. Si tu est bon avec lui, il te le rendra au centuple. Malheureusement, c'est pareil dans l'autre sens. Il n'y a pas deux poids de mesure avec l'algérien.

Quant à la musique : Elle est plus directe, plus aggressive et plus rapide que ce que nous avons fait par le passé, et le chant traditionnel est bien plus présent.

Et quand on parle de tradition, voici une petite liste non-exhaustive d'instruments utilisés : flûte, gumbri, karkabus, oud, mandoline, derbouka. Ca titille les oreilles j'vous l'dis moi !

L'entretien se termine avec les politesses d'usage, et la certitude qu'Acyl est un groupe plus qu'à surveiller, mais à aller voir en live. Merci Adber'Rahman, et merci également à Roger Weissier de Replica Promotion.
 
Critique : Weska
Vues : 586 fois