Interview

EDGUY (2017) - Jens Ludwig (Guitare)

Edguy célèbre cette année ses 25 ans de carrière. Pour l’occasion, le groupe allemand sort son premier best of, un « Monuments » au packaging soigné et qui compte pas moins de 28 titres. Rencontre avec Jens Ludwig, lead-guitariste du groupe.

Pour fêter vos 25 ans, vous venez de sortir la compilation « Monuments ». Vous pensez que c’était la meilleure manière de les célébrer ?


« On a pensé effectivement que c’était le bon moment pour sortir notre première compilation. On a voulu offrir cela à nos fans avec un package particulièrement soigné et un bel art-work. On a fait tout cela avec toute la passion qui nous anime. »

Le disque compte 28 morceaux. Comment avez-vous fait la sélection ?

« On a évidemment mis les titres que les gens voulaient entendre mais pas seulement. On a choisi aussi des morceaux de certains de nos EP et d’autres qui remontent au début du groupe mais que nous aimons toujours. »

Et il y a également de nouveaux titres.

« Oui c’est une façon de montrer que le groupe continue, que l’on a encore des choses à dire. A la base, il ne devait y avoir que deux nouveaux morceaux sur cet album. Il y en a finalement cinq. Cela prouve que nous ne planifions rien à l’avance et je trouve que c’est une bonne chose. »

Cette compilation c’est une manière de remercier les gens qui vous suivent depuis vos débuts ?

« C’est exactement cela. On est fiers de tout le travail accompli par le groupe depuis ses débuts et il était important pour nous de transmettre cela à tous les gens que l’on a pu rencontrer au cours de notre carrière. C’est une façon de leur dire merci. »

Vous êtes un groupe de power metal. J’ai l’impression qu’il y a un retour de ce genre depuis quelques années.

« Cela fait quand même un moment que le power metal revient sur le devant de la scène. C’est vrai qu’à nos débuts, le metal n’était plus trop à la mode. Nous avons commencé le groupe en peine vague grunge. Aujourd’hui, tu trouves des groupes de power metal qui sont devenus célèbres comme Sabaton qui en 2006, lors de leur première tournée, ouvraient pour nous. »

Etes-vous toujours influencés comme à vos débuts par des groupes comme Maiden ou Helloween ?

« Définitivement. On est toujours concerné par ce que fait Maiden. Et Helloween aussi. Nous continuons aujourd’hui encore d écouter ces groupes. »

Vous êtes un groupe de heavy metal mais on sent chez vous un aspect mélodique très important.

« Nous ne ferons jamais quelque chose qui n’est pas mélodique. Mais lorsque l’on compose, nous n’y pensons pas. Cela vient naturellement. On fait les choses comme on les sent avec toujours en tête l’idée de ne pas se répéter. »

Vous êtes très prolifiques. Vous avez sorti pas moins de onze albums et une tripotée de singles.

« Onze albums en vingt cinq ans, ce n’est pas si énorme. Mais ce n’est pas quelque chose auquel nous pensons. Les choses arrivent quand elles arrivent. Nous n’avons aucun plan préétabli. »

Vous êtes chez Nuclear Blast depuis longtemps. Vous vous y sentez bien ?

« On ne peut mieux. Ils font un super boulot. C’est confortable d’être sur un label qui s’occupe aussi bien de toi. »

Vous avez la réputation de ne pas vous prendre trop au sérieux

« Il y a ce cliché que les groupes metal se prennent trop la tête. Je ne sais pas si c’est vrai mais nous, on s’amuse. On s’éclate à faire ce qu’on veut, à faire de la musique. On s’entend tous super bien et cela influe de façon positive dans notre musique. »

Vous pensiez à vos débuts que vous seriez encore là, vingt cinq ans plus tard ?

« Pas du tout. On voulait juste s’amuser, donner des concerts mais jamais on aurait imaginé à cette époque que l’on serait encore là aujourd’hui. »

Pour fêter vos 25 ans de carrière, outre cette compilation, il y a une tournée à la rentrée qui passe par chez vous, l’Allemagne, et la République Tchèque. Pas d’autres pays pour le moment ? On espère vous voir en France.

« Les dates de la tournée allemandes sont d’ores et déjà sold-out. On espère du coup que cela intéressera l’Angleterre de nous booker. J’espère que nous allons passer par la France. Le groupe en a très envie en tout cas. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 89 fois