Interview

BALLS OUT (2019) - Yann (Guitare) et Pat (Chant - Basse)

Les Niçois de Balls out viennent de sortir un premier album enthousiasmant, « Let me In (I Know Someone Inside). Du hard-rock à l'ancienne pourrait-on dire, avec une coloration AC/DC très marquée. Du bon rock vintage efficace et très bien foutu. Rencontre à Paris avec le groupe.

« Le groupe existe depuis 2016. En trois ans, vous avez déjà sorti un EP et un album. »


« Oui, un EP l'an dernier, en Mars 2018. L'album vient tout juste de sortir. On avait des titres pour celui-ci qui dataient d'avant le EP. Certains sont même assez anciens puisqu'ils remontent à l'époque du groupe que l'on avait avant : Outrage. On avait rien sorti avec ce groupe. »

« Votre album sonne hard-rock classique. »

« C'est la musique que l'on aime. Après, chacun dans le groupe y met ses influences. On reste dans la tradition hard-rock : de Kiss à Mötorhead. On vit actuellement un revival du hard avec un public jeune qui découvre cette musique. On fait les choses avec la plus grande authenticité possible. On avait à cœur de retrouver dans le disque l'esprit de nos live. »

« La vidéo fait très hard-rock classique aussi avec un côté très vintage 80's. »

« Oui, on a voulu la faire dans l'esprit des vidéos des années 80 de ZZ Top. »

« Il y a une grosse influence AC/DC sur l'album. »

« C'est clair. C'est l'un de nos groupes préférés. »

« Out of Control » fait penser à Turbonegro. »

« On aime bien Turbonegro mais ce n'est pas une influence. C'est le tout premier morceau que l'on ait écrit. Nous l'avons composé il y a plus de dix ans, en 2007. »

« Vos solos sont très courts. »

« On est pas démonstratifs. On veut aller à l'essentiel. On est pas un groupe de prog. Nos morceaux sont courts. On ne fait pas de changement de tonal. C'est le style qui veut ça : court et efficace. Pour prendre un exemple : dans le dernier Black Sabbath, les morceaux sont trop longs. Ca dessert le propos. »

« La pochette du disque fait plus punk que hard-rock. »

« L'influence punk est présente dans le hard-rock. C'était déjà là chez Mötorhead. On aime bien le punk. Nous sommes fans des Ramones. Notre logo avec la bombe fait également très punk. »

« Y-a-t-il une scène hard-rock à Nice ? »

« Quasiment rien. Il y a une grosse scène de tribute-bands, en revanche. Il n'y a qu'une salle où jouer à Nice. Plusieurs salles ont fermé au cours des dernières années. Dans le type de musique que nous jouons, il n'y a personne. »

« Vous avez joué sur la scène extérieure du Hellfest l'an dernier. »

« Oui, on a joué le jeudi matin et le jeudi après-midi avec Nono. Il était parrain du Hell Sessions. Il a joué sur certains de nos morceaux. Que le mec qui a crée le riff de « Anti-social » joue sur tes titres, c'est génial. »

« Vous avez récemment ouvert pour Clutch à l'Elysée Montmartre. »

« On aime beaucoup Clutch. Le concert était complet. Il y a eu un super échange avec le public. L'accueil a été très bon.Il y a un môme de 14 ans dont c'était le premier concert qui est venu nous voir pour que l'on signe sa place de concert. C'est gratifiant ce genre de chose. Pour le moment, cela a été notre plus gros concert. »

« Vous avez signé chez M et O »

« Oui, depuis le premier EP. On se fait confiance mutuellement. On leur a envoyé notre demo par culot et ça a marché. »

« Vous venez de faire la release party à Nice. »

« C'était pour remercier les gens qui ont cru en nous depuis le début. On a aussi joué à Fréjus, le lendemain. On jouera le 28 à Villeneuve Loubet pour une cause caritative qui nous tient à cœur puis à Paris pour un Festival, Metal Story, le 25 Mai. On a déjà beaucoup tourné autour de chez nous et on veut désormais jouer un peu partout en France. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 95 fois