Interview

FIREWIND (2020) - GUS G (Guitare)

Trois ans après « Immortals », Firewind revient avec un album éponyme. Un disque très réussi, équilibre parfait entre power et heavy metal. Le guitar-hero Gus G nous en a parlé de chez lui à Thessalonique.

« Immortals » votre précédent album était un concept album. Ce n’est pas le cas de celui-ci ? »


« Non, ce n'en est pas un. Il y a quand même trois titres de l’album qui forment une petite histoire, une trilogie. »

« Ce sont les titres « Space cowboy », « Longing to know you » et « Orbitual Sunrise » qui forment cette trilogie. De quoi parle-t-elle ? »

« C'est l'histoire d'un astronaute. L’histoire de l’humanité de cet astronaute qui est dans l'espace et qui ressent le manque de sa famille. »

« C’est votre neuvième album et le premier qui porte le nom du groupe. Comme un retour aux sources ? »

« D'une certaine façon, oui. C'est à la fois un retour aux sources mais aussi un nouveau départ. Deux membres du groupe sont partis durant la production du disque. Cela n’a pas été facile. Firewind a vingt ans d'existence, nous avons sorti de nombreux albums mais il m'a fallu penser au moment de la production de ce disque à la façon dont j'imaginais les choses avec ce groupe pour le futur. »

« Quand le nouveau chanteur est arrivé, l’album était déjà terminé ? »

« Les batteries et les guitares étaient faites. Et trois pistes de voix avaient été faites. »

« Qu'a apporté Herbie Langhans au groupe ? »

« Beaucoup de choses. Il me rappelle notre premier chanteur, Stephen Fredrick. Il a amené une nouvelle énergie. Il correspond en plus totalement à ce qu'est Firewind. »

« Le disque est une parfaite balance entre power metal et heavy metal. »

« Quand j'ai écrit le disque je voulais un mélange de power, de heavy et de metal classique. Des albums comme « Allegiance » ou « The Premonition » avaient cette balance et ils ont très bien marché. C'est ce qui fait la spécialité de Firewind : nous sommes à la fois très mélodiques et heavy. Je voulais quelque chose dans l’esprit de « Allegiance » et « Premonitions » sans toutefois copier ses disques. »

« Tu es surtout branché heavy metal classique, plus que power metal ? »

« Absolument. Je ne considère d’ailleurs pas Firewind comme un groupe power-metal. Mes influences sont le metal classique, des groupes comme Sabbath, Scorpions, Judas Priest, Maiden, Megadeth et le metal néo-classique de Yngwie Malmsteen. Je n'ai jamais considéré Firewind comme 100% power-metal. Il y a des trucs power-metal que j'apprécie mais ce n'est pas mon influence principale. »

« L'album commence et se termine par deux titres très heavy, « Welcome to the Empire » et « Kill The Pain ».

« Je pense toujours aux différentes ambiances que va offrir un disque. Je veux effectivement commencer un disque et le terminer par des morceaux un peu heavy. Cela donne l’ambiance. »

« Tu as souvent dit que tu aimais les morceaux faits pour les radios. C’est le cas de « Longing to Know you » un morceau très calibré pour celles-ci. »

« Cool que tu ressentes cela. Je ne sais cependant pas si les radios joueront une ballade comme ça. C'est un morceau qui, je le pense, peut toucher un autre public que notre public habituel. Ce titre arrive au milieu de l'album. Il est comme une respiration à l’intérieur de celui-ci. D'habitude, j'écris deux ballades par disque. Là, il n'y en a qu'une. »

« Tu as choisi « Rising Fire » comme premier single tiré de l’album parce que tu trouves que c’est le titre qui représente le mieux le disque ? »

« Ce n'est peut- être pas le titre qui représente le mieux le disque car celui-ci, comme tu l'as noté, couvre de nombreux styles musicaux. Je trouve cependant que c'était un bon choix car c'est un titre court, heavy et efficace. »

« Vous avez changé de label passant de Century Media à AFM. »

« J'ai commencé à bosser avec AFM il y a trois ans. « Immortals » est sorti sur Century mais le disque a été distribué par eux aux Etats-Unis. J'étais sur Century depuis mes 21 ans. J'avais besoin de changer. »

« Parallèlement à Firewind, tu vas poursuivre ta carrière solo ? Tu as parlé notamment d’un album instrumental à venir. »

« J'ai dit cela dans une interview mais pour le moment je me concentre sur Firewind. Si je fais un nouveau disque solo, je voudrais faire quelque chose de spécial. Pour un guitariste, sa guitare est comme la voix pour un chanteur. J’ai encore en tête cet album instrumental mais je ne suis pas dans l'urgence. »

« Tu as fait plein de choses dans ta carrière mais aujourd’hui Firewind est ta priorité ? »

« Oui, tout à fait. A moins que tout déconne complètement à un moment donné, Firewind continuera. Je n'imaginais pas quand j'ai commencé ma carrière solo qu'elle marche aussi bien, que je tourne autant. Cela a changé pas mal de choses. J'avais des projets précis pour le futur mais avec le Covid-19 tout a changé et je ne fais pas de plans sur la comète. »

« Tu as toujours travaillé afin que Firewind continue. »

« Oui. J'ai toujours voulu que ce groupe poursuive sa route. Parfois, j'ai même insisté pour que le groupe continue alors qu'il aurait pu splitter. Je me suis parfois posé la question de savoir si Firewind devait continuer mais j'ai travaillé dur pour Firewind et suis fier de ce que nous avons accompli. »

« Beaucoup de gens te connaissent du fait que tu aies été le guitariste de Ozzy. Qu’est-ce que cela t’a apporté ? »

« Cela a changé ma vie. Cela a été une expérience incroyable. Peu de musiciens connaissent cela dans une vie. J'ai appris beaucoup durant ces années-là. Tu deviens plus professionnel lorsque tu vis ce genre de chose. »

« A cause du Covid-19, votre tournée américaine a été annulée. J'imagine que cela a été une grosse déception pour toi. »

« On devrait être aux Etats-Unis en ce moment même. Mais ce qui nous arrive est le quotidien de plein d’autres. On ne peut rien y faire. On annoncera les dates de cette tournée qui va être reprogrammé le mois prochain. »

« Qu'as-tu fait durant cette période de confinement ? »

« Beaucoup d'interviews. J'ai dû en faire 200 au total. Les retours sur le disque sont très bons. Je suis content. J'ai passé du temps avec ma famille, joué de la guitare. »

« Firewind existe depuis vingt ans. J’imagine que c’est une fierté pour toi. »

« J'ai le plus grand respect pour les musiciens qui arrivent à faire continuer un groupe plus d'une décennie. Les Beatles ou Led Zep n'ont pas duré plus de dix ans. Avoir un groupe qui dure depuis plus de vingt ans est une fierté, effectivement. Firewind n'est pas un groupe énorme mais je suis fier de ce que nous avons fait. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 172 fois