Interview

GALLOGLASS (2005)

Peux-tu expliquer brièvement d’où le nom “Galloglass” vient, pour ceux et celles qui l’ignorent encore ?


> Le nom du groupe vient de Dirk notre bassiste. Une explication rapide serait :
Un Galloglass est un mercenaire d’élite engagé par les chefs militaires écossais et irlandais. C’était comme des vikings, plus grands que la plupart des soldats normaux écossais et irlandais du 13ème siècle au 17ème siècle. En quelque sorte, ils ont inventé le métier de garde du corps (rires). Nous avons choisi le nom de Galloglass par rapport à Macbeth de William Shakespeare.
Pour ceux qui veulent avoir un peu plus de détails sur le Galloglass, vous aurez une longue explication au lien suivant : http://www.galloglass.de/meaning-e.html !



Votre dernier album “Heavenseeker” est vraiment puissant mais aussi très mélodique. On dirait que vous avez trouvé la parfaite alchymie pour fournir un album homogène et complet. Comment travaillez-vous sur ces deux aspects ?


> A vrai dire, il s’agit surtout du résultat de notre évolution musicale. Nous ne nous sommes pas dit “faisons un second album plus puissant et agressif”. Nous n’avons vraiment pas pensé à cela lors du processus d’écriture. Nous voulions juste introduire de nouveaux éléments dans nos chansons. C’est clair, qu’après coup, nous nous sommes rendus compte que le résultat final était beaucoup plus heavy que “Legends from now and nevermore”. Mais nous n’avons pas perdu nos racines mélodiques pour autant. Donc, c’est toujours du Galloglass, n’est-ce pas ? (rires)



Pour moi, les détails que j’ai vraiment adoré dans votre album sont l’utilisation des violons et des choeurs qui donnent aux vocaux de Carsten et aux mélodies (riffs et rythmiques) des deux guitaristes une très belle atmosphère et une richesse supplémentaire aux compos. Félicitations pour l’émotion que vous m’avez procuré quand j’ai écouté le touchant et brillant morceau “Kings who die”, par exemple.


> Merci pour un tel compliment. Nous avons choisi le violon et les arrangements de choeurs pour donner à nos chansons ce petit plus médieval ou cette touche folklorique que nous voulions.



Les critiques sont plutôt bonnes. Vous attendiez-vous à un tel accueil ?


> Elles l’ont été ? (rires) Non, c’est vrai que les critiques ont été plutôt bonnes. Quelques jours avant la sortie du nouvel album, nous nous demandions comment la presse accueillerait “Heavenseeker”. Nous nous disions qu’elle ne pouvait réagir que de deux manières. La première serait “wouah, quel super travail. Ca sonne nouveau et c’est une grosse évolution”. Tandis que la seconde aurait été du style “nous sommes vraiment déçus. C’est complétement différent du premier opus”.
Donc, nous sommes très contents que les critiques soient finalement bonnes.



Vous avez fait beaucoup de concerts dans votre pays, vous devez donc commencer à être connus en Allemagne. Mais avec un tel album, il ne fait aucun doute que le public metal européen va vous découvrir et assurément apprécier votre musique. Prêt pour la prochaine étape ?


> (rires) Super ! Nous devons être très célèbres en Allemagne ? A vrai dire, nous ne le pensons pas vraiment. En même temps, comment définir la célébrité ? Enfin bon, nous sommes évidemment prêts pour franchir un nouveau pallier qui nous rendra célèbres dans le monde entier (rires).
Plus sérieusement, si nous avons la possiblité de tourner en Europe, nous serons d’attaque pour cette “étape”. Mais, ne nous enflammons pas trop vite car c’est aussi une question d’argent...



Avec une telle énergie dans votre album, j’imagine que votre musique prend toute sa dimension en live, non ?


> C’est clair que nous adorons jouer en live. C’est vraiment la raison pour laquelle nous faisons de la musique. Nous essayons toujours de faire partager l’énergie de notre musique à notre public quand nous sommes sur scène.



De ce fait, quand aurons nous la chance et le plaisir de vous voir sur scène ?


> Nous espérons le plus vite possible !!! Si nous avons la chance de venir en France, il est évident que nous y jouerons, car nous avons beaucoup de fans dans ton pays.



Votre site officiel (www.galloglass.de) est hyper complet, fun mais aussi plein de goodies pour les fans. De nos jours, est-il absolument nécessaire d’avoir un website attractif, même si on est un groupe metal ?


> Bonne question. (NdSS : merci :P) Par le biais d’internet, on peut atteindre des millions de personnes, en plus de la presse écrite. Et si quelqu’un veut en savoir plus sur un groupe, c’est le meilleur moyen et surtout le plus rapide pour venir à bien de sa requête. Plus le website est attractif, plus le fan sera satisfait et le groupe en question restera dans ses préférés.



La pochette de “Heavenseeker” est assez impressionnante et vraiment réussie. Peux-tu nous en dire plus à son sujet ?


> C’est Carsten notre chanteur qui s’en est occupée. Il a eu l’idée de “l’ange en enfer” pour représenter le thème principal de “Heavenseeker”, soit le combat entre le bien et le mal, la lumière et l’obscurité, le paradis et l’enfer. L’ange a été peint à l’huile alors que l’arrière plan a été fait en 3D par ordinateur. Carsten a réuni ces deux éléments pour n’en faire qu’un et ainsi réaliser cette superbe pochette d’album. Vous pourrez d’ailleurs voir tout le processus de fabrication dans le making-of de l’édition limitée.



En regardant les pochettes de “Legends from now and nevermore” et de “Heavenseeker”, il semblerait que le feu soit votre élément, non ?


> Tu es le premier à nous poser cette question (NdSS : cool !). C’est vrai que les deux pochettes possèdent des éléments relatifs au feu, mais ce n’est pas prévu au départ. Nous n’avons pas démarré l’artwork en nous disant “le feu sera notre élément”, remarque avec le recul, c’est peut-être une bonne idée. Nous essaierons d’y penser pour le prochain album (rires).



Les fêtes de fin d’année approchent (NdSS : l’interview date du 8 décembre 2005), l’édition limitée avec dvd semble être parfaite pour un cadeau de Noël, n’est-ce pas ?


> Exactement ! Cette édition spéciale est limitée à 4 000 pièces dans le monde entier. Elle contient deux bonus track sur l’album, un dvd de 100 minutes avec plein d’informations et de cadeaux, comme par exemple, un concert entier de Galloglass, le making-of de “Heavenseeker” et encore plein d’autes choses.
En plus, le digi-pack limité contient un poster et un autocollant. Donc, comme tu l’as dit, ce sera effectivement le parfait cadeau de Noël.



Un dernier mot pour vos fans français ?


> Merci à vous de supporter le groupe depuis maintenant deux ans. Nous espérons que vous aimerez notre nouvel album autant que nous l’aimons.



Merci pour cette interview.


> Santé !
 
Critique :
Vues : 1471 fois