Interview

ANDROMEDA (2006) - Johan Reinholdz

Que dire de cette interview si ce n’est qu’elle a été mouvementée. Pourquoi ? Premièrement parce que j’ai eu très très peu de temps pour la préparer (3jours pour écouter l’album et faire les questions.. merci à Guillaume pour m’avoir aidé). Sinon juste un problème de téléphone qui déconne : il se bloque dès que je décroche et j’entends rien. Sinon tout se passe pour le mieux …. Enfin presque (mais ça, ça reste secret) lors de cette interview avec Johan, pour présenter ce nouvel album d’Andromeda.



Première question obligatoire, comment se fait il qu’il y est eu autant de temps entre II=I (two is one) et Chimera ?

En fait les problèmes sont venus de plusieurs choses. Le premier problème est venu des labels. On devait trouver un nouveau label et cela a pris du temps pour trouver le bon. Notre management nous a beaucoup aidé. L’album a été enregistré en 2004, tu vois donc tout le temps qu’il a fallu pour que tout aboutisse.



Que signifie justement ce « Chimera » pourquoi ce titre?

Le titre représente un objet sorti de l’imagination, comme si cela avait été impossible de réaliser cet album. Chimera colle donc parfaitement avec l’esprit de l’album. On voulait aussi changer un peu par rapport au titre de l’album. On ne voulait pas de title track.



La pochette est très sobre que représente t’elle exactement ?

Là aussi on souhaitait se différencier des autres albums. Chaque album est différent. Aussi regarde les deux premières cover du groupe : elles étaient assez sombres et pleines de couleurs. Là on a voulu quelque chose de plus simple laissant cours à une certaine imagination.



Il me paraît que certain sujet abordé soit assez sombre est ce que je me trompe et peux tu m’en dire plus ?

Oui, les paroles sont un peu plus sombre sur cet opus. Elles évoquent majoritairement les problèmes liés à notre société actuelle. Comme par exemple les problèmes avec l’environnement, la pollution et toutes ces maladies qui se développent. Et on a aussi évoqué des problèmes plus personnels.



As tu volontairement donné un son plus heavy à ta musique pour la rendre plus chaude contrastant avec une certaine froideur de ‘Extension of wish’ ?

Tu veux dire que le nouveau est plus froid ?



Non, le nouveau a des touches plus heavy.

Oui, on évolue avec le temps, on fait de nouvelles choses. Tu as pu le constater avec toutes les guitares par exemple, ou encore au niveau du son. On a voulu faire quelque chose de nouveau tout en gardant l’esprit Andromeda.


David Fremberg semble s’améliorer d’album en album comment fait il pour porter tant d’émotion dans ses chansons ?

Oula ! (rires) Je ne sais pas quoi te dire. C’est vrai qu’il a fait des progrès mais honnêtement je ne pourrais pas te répondre.



Il prend des cours de chant ?

Oui, il en a pris effectivement pendant quelques temps mais maintenant c’est lui qui donne des cours de chant.



Allez vous faire des dates en France ?

Oui, nous allons venir jouer en France en septembre avec Adagio. Je pense qu’il y aura entre huit et dix dates.



Tu as écouté le nouveau Adagio ?

Non pas encore. Comment est-il ? Il est bon ?



Oui il est super et le nouveau chanteur est très bon.

Cool !!!



Vera t’on un jour un deuxième album de Opus Atlantica?

Non il n’y aura pas de second album. En fait c’était plus histoire de faire un album que de faire un vrai groupe. Et puis quand je l’ai fait, je n’étais pas très bien, j’avais des soucis personnels. Plus sérieusement, il n’y en aura pas d’autres.



Pour terminer je te laisse la parole ?

Si vous achetez l’album j’espère qu’il vous plaira. Merci encore de votre soutient. J’espère que l’on se verra sur une date en France ?



Oui, si vous passez dans le sud de la France j’y serais. Mais il y a de fortes chances vu que Adagio est de Montpellier.

Super !! A bientôt alors. Bye bye.
 
Critique : Lionel
Vues : 1183 fois