Live Report

KREATOR + CALIBAN + ELUVEITIE + EMERGENCY GATE - ESPACE JULIEN / MARSEILLE - 02/02/2009

 
C'est un Espace julien quasiment plein dans lequel vos chroniqueurs préférés se rendent ce lundi soir après une dure journée de reprise de taf. En effet Guillaume, Burno et moi-même, sommes tous excités à l'idée de voir enfin la légende vivante du thrash allemand des années 80-90, KREATOR !!!
Et pour cette unique date unique dans le sud, souvent snobé par certains groupes, nous n'allions pas rater cela pour rien au monde !! Et pour cette tournée européenne c'est presque toute l'Allemagne du Thrash qui se déplace, 3 groupes sur 4 sont en effet fils de cette nation.

Nous arrivons quelques peu en retard (et oui Marseille …), ce qui aura pour conséquence de rater la majeure partie du premier combo du nom d'EMERGENCY GATE, venu défendre son dernier album "Rewake", 3 ans après son prédécesseur, chroniqué d'ailleurs dans ces pages. Le public restera pour la plupart assez circonspect devant ce spectacle, malgré une bonne prestation tout en énergie et en pose du chanteur… La faute peut-être à une heure de début un peu trop de bonne heure (19h00 !!!). Néanmoins, malgré une foule plus qu'immobile, les premiers thrasheurs allemands de la soirée, tout sourire, nous ferons un bon show, plus que méritant. Seule objection, l'attitude du guitariste soliste un peu trop (beaucoup trop) fan d'Alexi Laiho, arborant même guitare, même coupe de cheveux et cela jusqu'au même maquillage… un peu trop surfait à mon goût.

Après quelques bonnes bières et moult discussions sur l'avenir du Devin Townsend Band, les Suisses d'ELUVEITIE, envahissent la scène à leur tour ; Et ici le terme "envahir" est bien désigné, au vu du nombre de protagonistes et de leurs instruments respectifs non-communs. 1 batteur, 1 basseu, 2 guitaristes, 1 chanteur flutiste/mandoliniste, ainsi que 2 musiciennes accompagnées d'une vielle traditionnelle et d'un violon irlandais (fidle). Mais quel beau tableau !! Dans un style Celtic/Pagan/Folk Métal, les Suisses, targués d'une véritable bonne humeur apparente, vont se démener pendant une grosse demi-heure afin d'imposer à un parterre de fans de KREATOR, leur musique excessivement entraînante, et le public y répondra grassement présent. Notamment lors de la reprise celtique d'un hymne très connu ("grâce" à "Manau" et à sa "Tribu de Dana"…) qui fera chanter et danser un public désormais conquis. Et puis que dire sur la présence de deux musiciennes, bougeant la nuque volontiers aux rythmes mélangés de double grosse caisse et de vielle. La touche de féminité, aura ici, fait son effet ! Un bon groupe que je vous conseillerais de surveiller du coin de l'œil si jamais ils se produisent pas loin de chez vous.

Après encore quelques bonnes bières (Hips!) et quelques saloperies de clopes (…Kof…Kof…), CALIBAN attaque son show devant une salle quasi vide de spectateurs passionnés peut-être comme vos serviteurs de breuvages ou de nicotine. Très dommage pour ce groupe de thrash technique qui ne pourra certainement pas, malgré les appels désespérés du chanteur, faire bondir la salle. Et quel discrédit, car la musique de CALIBAN est à rapprocher du nouvel engouement de ce que l'on appelle actuellement le "Thrash Moderne". GOD FORBID ou autre LAMB OF GOD seront au rendez-vous, malgré un son un peu trop fort pour une salle en train de se remplir… Le chanteur avec une attitude scénique et vestimentaire un peu trop "oasis" à mon goût ne se laissera pas aller vers ce non-repondant de l'Espace Julien ce soir et tous ces musiciens prendront d'ailleurs ce désagrément plus sur la décontraction, et comme l'on dit par chez nous au Paddy à Arles: "A concert décontracté, concert gagné !!". je ne saurais trop d'ailleurs vous conseiller de pencher une oreille attentive sur la discographie de ces teutons énervés qui vous prouveront que le Thrash allemand peut aussi avoir une touche moderne et couillu…

Bon je vous passerais les détails du dernier entracte et toutes ses tergiversations pour vous annoncer, qu'enfin le concert tant attendu est arrivé et qu'il s'appelle : KREATOR

Et là c'est plus de quinze années de votre vie qui défilent, quand une salle pleine comme un œuf est plongée dans le noir, et arrive enfin la légende vivante, Mile Petrozza. Armée d'une Jackson Fly-V aux couleurs improbables (voir photos), Mile foule enfin les planches tout en arborant son rictus toujours aussi cynique, image éternelle du groupe. Bien sur les deux premiers morceaux mettront en valeur leur dernier opus, Hordes Of Chaos, et la guerre se déclare définitivement dans le pit de L'Espace Julien. La scène prend alors des allures de tableaux magnifiques, agrémentée de toutes parts par des décorations des plus chiadés, notamment un fond blanc, incrémenté derrière la magnifique toile de fond, sur lequel vont défiler des images de clips remplissant admirablement son rôle de soutient artistique. KREATOR, malgré son grand age, ne démords pas et nous offre en plus de sa musique, un spectacle visuel des plus admirable.

Niveau son, c'est quasi parfait, meme les guitares jouées pourtant très vite arrivent à nous sortir un son des plus précis et quant au batteur, je ne vous raconte même pas la frappe de bœuf qu'a ce monsieur, et le tout sans aucun trig ou tricherie dans ce genre, KREATOR reste pur et sincère. Les lights quant à elles, restent discrètes et servent à merveille l'ambiance glauque qu'impose son leader en annonçant un "EXTREME AGGRESSION" des plus maudits !!!

Petit par la taille mais grand par la passion, le sieur Petrozza arrivera à placer entre presque tous les morceaux son envie de tuer, de haine envers les religions et tout cela avec sa classe bien reconnue à ce jour. Une sympathie déconcertante pourra même vous étonner avec ce personnage, tant sa verbe et son assurance vous illuminera. Ce petit monsieur tient en effet la baraque à lui tout seul et cela depuis 25 ans, mais où trouve t-il toute cette énergie inépuisable. Pour l'anecdote, ne connaissant pas effectivement la "rivalité" Paris-Marseille sur notre belle cité footbalistique phocéenne, Mile Petrozza ne put s'empêcher de nous relater que KREATOR a joué a Paris, voulant sans doute lancer un petit défi. Et quelle ne fut pas sa surprise et son étonnement quand l'Espace Julien scanda en chœur comme un seul homme un "PARIS, PARIS, ON T'ENC*LE" des plus inattendu !!!" (et oui Marseille…). De voir l'incompréhension de cet engouement émaner dans les yeux de Mile fut vraiment un grand moment !!!

La fin, en trombe, fut agrémentée des classiques des classiques, Pleasure to Kill avec son intro batterie, Coma of souls, Riot of Violence chanté par ce barbare de batteur à trois bras et enfin le duo Flag of Hate/Tormentor, fin classique, mais ô combien puissante, du combo. Quasi 1h30 de bonheur, et même si le fond de commerce de KREATOR reste la "haine", cela fait toujours plaisir de voir un gars de 43 printemps tenir autant la route et traversant les époques avec toujours cette flamme dans les yeux. Cette flamme qui doit s'appeler la passion.

Un rêve vient de s'accomplir pour nous qui sommes en train de quitter la salle, les têtes pleines d'image, tout en se répétant : "on les a vus !!!". Vivement le prochain album et que les nouveaux se méfient des vieux roublards qui n'ont plus qu'à prouver que ce sont bien eux les piliers, et que le Métal leur doit beaucoup !

Setlist KREATOR :

INTRO/CHOIR OF THE DAMNED
HORDES OF CHAOS
WARCURSE
EXTREME AGGRESSION
PHOBIA
VOICES OF THE DEAD
ENEMY OF GOD
DESTROY WHAT DESTROYS YOU
PLEASURE TO KILL
PEOPLE OF THE LIE
COMA OF SOULS
THE PATRIARCH
VIOLENT REVOLUTION
TERRIBLE CERTAINTY
BETRAYER
AMOK RUN
RIOT OF VIOLENCE
FLAG OF HATE
TORMENTOR
 
Critique :
Date :
Vues : 824 fois