Live Report

KISSIN’ DYNAMITE + UMC (Ultimate Music Covers) - LE NOUVEAU CASINO - PARIS - 14/11/2014

 
Fan de Glam métal de bonne facture, c’est au Nouveau Casino qu’il fallait être ce vendredi 4 novembre et nul par ailleurs. La première fois que j’ai vu les furieux de KISSIN’ DYNAMITE (c’était en 2012 à la Cigale en ouverture de DRAGONFORCE) ils m’avaient déjà fait une forte impression. Non pas que je sois un fan ultime de leurs productions et du genre, mais l’énergie et la communication du groupe avec son public avaient vraiment touché juste. Rebelote lors de leur passage au HELLFEST 2013 avec une prestation impeccable. Il est évident qu’avec de tels lascars la soirée devait être à la hauteur de mes espérances.

Pour ouvrir les hostilités UMC (Ultimate Music Covers ) ,un ovni venu tout droit de la planète métal teutonne également. Composé d’un grateux fou et talentueux, flanqué d’un batteur et d’un mannequin en guise de chanteur (auquel on change le visage à chaque titre), le concept du groupe peut faire sourire, mais j’ai trouvé cela vraiment intéressant. Mixant donc des morceaux de Pop du moment à un Thrash Métal puissant et lourd, ils donnent une énergie à des titres insipides (dans leur version d’origine) comme le Happy de Pharrell Williams.
La structure du groupe ne laisse pas vraiment de place à la communication avec le public. Ils enchainent les morceaux en prenant juste le temps de changer la tête du mannequin chanteur, adaptée au morceau interprété. Un peu répétitif, le côté « marrant » du début fait petit à petit place à l’ennui. Une demi-heure de set plus tard (un maximum supportable pour ma part) les deux gus quittent la scène sous les applaudissements de vrais fans et d’un Nouveau Casino plutôt bon public.
C’est au tour de Hannes Braun et sa bande d’investir les planches du Nouveau Casinoqui ne se fait pas prier pour montrer sa ferveur. C’est donc devant une salle acquise que KISSIN’ DYNAMITE vient nous livrer son set accompagnant la sortie de leur dernier opus en date : Megalomania.
Et là, c’est parti : pas une seconde de répit ! Les gus balancent un métal bien rock et couillu en enchainant les titres sans pitié. L’énergie est communicative, le public reprend à l’unisson les standards du groupe. Ouvrant sur DNA, titre qui introduit également leur dernier album, ils enchainent rapidement sur Running Free et VIP In Hell, également tirés de Megalomania.
Les échanges avec le public sont nombreux et clairement friendly. Hannes Braunharangue la foule comme à son habitude, toujours avec le sourire collé sur la face. Finalement on plonge facilement dans l’univers bien rock des allemands. L’ambiance est festive et le public réactif. C’est un groupe sur scène qui donne visiblement sans compter.
Ponctué de moments forts comme le magnifique solo de batterie d’ Andreas Schnitzer, ou encore les interprétations acoustiques de Six Feet Under et Fireflies, le set des KISSIN’ DYNAMITE est carré et bien maitrisé.
Bien qu’ayant reçu un accueil mitigé par la presse, les titres du dernier album joués ce soir passent plutôt bien en live.
Sur scène le set est impeccable, tout y est millimétré (il vaut mieux vue la taille de celle-ci). Les teutons prennent la pose provoquant des passages hystériques chez les fans. Les lights ce soir ne sont pas au top. Trop de fumée parfois et des zones d’ombre en devant de scène qui plongent souvent le groupe dans l’obscurité. Le son quant à lui est très bon, assurant le succès de cette soirée.
La setlist fait la part belle à leurs classiques, piochant dans les quatre albums de leur discographie, avec quelques pépites comme Money, Sex & Power, Steel Of Swabia ou encore le final en apothéose sur un Operation Supernova : assassin !

Voilà c’est terminé. La salle se vide et la satisfaction se lit sur tous les visages. Les membres du groupe ont donné rendez-vous à leur public vingt minutes plus tard au Merch pour une séance de rencontres/dédicaces.
Une bien belle soirée proposée par Garmonbozia Inc. , organisateur de talent, et un grand merci à Roger de Replica.

SETLIST

UMC


Happy (Pharrell Williams)
Timber (Pitbull)
Can´t hold us (Macklemore and Ryan Lewis)
Wake me up (Avicii)
Scream & Shout (Will.I.Am feat. Britney Spears)
Atemlos (Helene Fischer)

KISSIN’ DYNAMITE

DNA
Running Free
VIP in Hell
She's A Killer
Money, Sex & Power
Maniac Ball

Solo de Batterie

God in You
Love Me, Hate Me
Six Feet Under
(With Ande on acoustic guitar)
Fireflies
(With Ande & Jim on acoustic guitar)
Sex Is War
Hysteria
Steel Of Swabia
Ticket to Paradise

Rappel

I Will Be King
Operation Supernova

 
Critique : Stephan
Date :
Vues : 681 fois