Live Report

POWERWOLF - AMARANTHE - KISSIN' DYNAMITE - Transbordeur - Lyon - 28/1/2019

 
Histoire de continuer sur une bonne lancée pour ce début 2019, je me rends une fois de plus au Transbordeur pour une grosse affiche ! Les Powerwolf affichant, s’il vous plait, huit dates « sold out » sur neuf en France, arrivent en terre Lyonnaise avec Amaranthe et Kissin’ Dynamite. Autant vous dire que je suis chaud patate ! Surtout après avoir rencontré le groupe lors du meet & greet. Un groupe fun, pas prise de tête, proche de ses fans. De quoi m’enjouer un poil plus.

Je récupère mon pass photo et je passe par la case bar pour la traditionnelle pinte de début de soirée. J’aurais préféré un Jack Daniels vu la température mais la bière ça passe mieux en concert parce que soif !
Quand je dis « complet » je parle du VRAI complet : salle en configuration max, respect donc.
Et assez rapidement déboule les gars de KISSIN’ DYNAMITE, toujours soudé depuis la formation du groupe. Ils défendent ce soir leur dernier album, sorti en 2018, « Ecstasy ». Et je dois dire que ça passe assez bien !
Leur metal / hard rock est poignant, racé, s’écoute très bien et est surtout délivré par un groupe taillé pour la scène. Le chanteur Hannes Braun est un pile électrique et adore jouer avec le public !
La complicité avec les musiciens est très facilement perceptible ce qui plait au public ! Public au top d’ailleurs pour cette première partie ! Contrairement à mon précédent passage, le public joue le jeu ! Surtout sur le « King » qui est de très bonne manufacture ! Une bonne mise en bouche qui se verra ponctué, vous l’aurez deviné, d’une deuxième bière (Marie vient d’arriver et je me sentais pas de la laisser boire seule… ET oui ça s’appelle un prétexte !)

Voilà le groupe que j’attendais… AMARANTHE. Pourquoi ? Parce que les deux derniers albums m’ont assez déçu… sans être foncièrement mauvais ils me laissent un petit goût amer. Mais je connais le groupe sur scène et je voulais confirmer ce soir ce statut de groupe live.
En arrivant sur « Maximize », le ton est donné. Et ça ne ralentira pas ! De « Digital World » à « Hunger », le groupe va puiser dans toute sa discographie pour nous livrer un set carré, très énergétique et bien ficelé !
Je passe un agréable moment je dois dire ! Les trois vocalistes se passent le flambeau avec un naturel déconcertant, et Elize s’amuse comme une enfant sur scène ! Toujours souriante, toujours en train de jouer avec le public ou de faire des pitreries ! J’apprécie et ça change de certaines chanteuses, dont je tairai le nom, qui ne font pas grand-chose en dehors de leurs parties de chant !
Le son est très bien dosé, même si j’aurais apprécié entendre Nils un point plus pour me faire une idée live ! Techniquement irréprochable mais manque un peu d’énergie à mon goût.
Le Transbordeur s’illuminera pour « Amaranthine », transformant cette superbe balade en un moment clé de la soirée pour ma moitié et moi-même (oui c’est notre chanson !)
Alors effectivement Amaranthe s’est rendue plus pop sur les derniers efforts, mais en live cette considération s’efface et laisse juste place à un groupe qui maitrise sa prestation, balance du lourd et point ! Conclure sur « Drop Dead Cynical » et « The Nexus » ça pose ! Merci donc à eux et surtout Elize qui m’a fait rire une bonne partie du concert ! Bonne chance à eux sur leur tournée en tête d’affiche !

Grand rideau à l’effigie du groupe allemand pour le changement de scène. POWERWOLF met les petits plats dans les grands. Escaliers, backdrop géant, claviers ultra décoré, on va passer une bonne soirée !
Alors sans surprises la setlist est un bon gros best of. Mais on ne va pas s’en plaindre ! Démarrant comme leur dernier album, « Fire & Forgive » lance les festivités. Suivi de près par « Army of The Night » et « Incense & Iron ». Du très lourd donc pour bien chauffer un public qui n’a pas besoin de l’être ! Du fan normal au fan peinturluré, tout le monde chante, danse, crie, hurle, bois ! La messe heavy metal comme on l’aime ! Et Attila, le charismatique chanteur ne manquera pas de le rappeler !
Avec un son très propre, des lights fantastiques (putain chui descendu à 1000 ISO les copains !!) le show est délectable !
Les frères Greywolf débordent d’énergie, passent d’un cbout à l’autre de la scène et entretiennent l’ardeur du public ! Même le claviériste Falk Maria Schlegel quitte son superbe clavier dès qu’il le peut pour faire chanter le public ! On aura même des cours de chant le temps d’un « Armata Strigoi » très réussi ou « All We Need Is Blood » où Attila se foutra de notre tronche, à juste titre, on avait qu’à chanter plus fort et pas faire nos chagasses ! Moi j’ai beaucoup ri ! Et lui aussi !

Le set, à la mi-temps, calmera un peu les esprits parce que quand même le public était déchainé, « Where The Wild Wolves Have Gone », avec son clavier central en feu, apportera un peu de douceur sur un set musclé. La neige tombante en fin de chanson apportera un peu de poésie et sera très apprécié !
Ainsi, de l’épique « Stossgebet » au décalé « Resurrection by Erection », tout le monde y trouve son compte. Même si je regrette un peu l’absence de certains titres du dernier album comme « Venom of Venus » ou « Fist By Fist », je constate que les quasis deux heures de show sont très (trop) vite passés… « Werewolves of Armenia » marquera la fin de cette soirée et la fin de l’étape française du groupe.

Autant j’avais déjà pris une claque au Hellfest 2017, autant là je suis KO. Un groupe de cette trempe, sympa avec son public, qui ne lésine pas sur les moyens, qui se donne à 200% ça mérite d’être souligné ! J’adore ce groupe en live, je suis réconcilié avec Amaranthe, tout va bien. Vivement qu’on revoit tout ça au Knotfest !
Allez hop une mousse et on rentre ! Bises les loulous et à (très) bientôt pour de nouvelles aventures ! (soit lundi car dimanche y’a Ghost)

Setlist KISSIN’ DYNAMITE :

1. Intro
2. I’ve Got The Fire
3. Somebody’s Gotta Do It
4. Sex Is War
5. Love Me
6. Waging War
7. You’re Not Alone
8. King
9. Flying Colours

Setlist AMARANTHE:

1. Intro
2.Maximize
3. Digital World
4. Helix
5. 1.000.000 Lightyears
6. Hunger
7. Amaranthine
8. GG6
9. 365
10. Drop Dead Cynical
11. Call Out My Name
12. The Nexus

Setlist POWERWOLF:

Intro « Lupus Daemonis »
1. Fire and Forgive
2. Army of The Night
3. Incense & Iron
4. Amen & Attack
5. Let There Be Night
6. Demons Are a Girl’s Best Friend
7. Killers With The Cross
8. Armata Strigoi
9. Blessed & Possessed
10. Where The Wild Wolves Have Gone
11. Resurrection by Erection
12. Stossgebet
13. All We Need is Blood
14. We Drink Your Blood
15. Lupus Dei

Rappel :

(Agnus Dei)
16. Sanctified By Dynamite
17. Coleus Sanctus
18. Werewolves of Armenia
(Wolves Against The World)
 
Critique : SBM
Date : 28/1/2019
Vues : 197 fois